Archive pour avril, 2013

Comme Serge

Note avec un peu de râlerie à l’intérieur. Et des leçons aussi. Alors si t’aimes pas trop ça, tu peux partir, je te retiens pas.

Franchement, si tu ne découvres pas le lien entre le titre de la note et son contenu, je t’interdis de remettre les pieds ici ! Compris ?!

En fait, j’étais tranquillement en train de regarder les Débiles de la Télé-réalité (ne me demande pas pourquoi….), lorsque je me suis mis à réfléchir (ne me demande pas pourquoi….’fin maintenant que je l’écris, je crois savoir pourquoi uh uh uh).

J’étais donc là, plongée dans le regard profond et plein de sagesse de Débilla et le discours raisonné et empreint d’intelligence d’Anémie, quand je me suis demandé si je n’étais pas en train de tomber malade.

Oué.

Dis, tu crois toi que ça existe le cancer de la route ? ou alors moins grave, l’ulcère de la route ?, ou alors encore moins grave, l’allergie de la route ? Parce que bon, plus je l’utilise cette saloperie de route plus j’ai l’impression que c’est en train de me rendre malade.

Je m’explique.

La route, ça représente 30 minutes dans ma journée. Et je peux te dire que 30 minutes, pour ma pathologie, c’est déjà beaucoup trop. Je n’ose imaginer les personnes pour qui ça représente 1 voire 2h30 par jour, voire plus. Là, honnêtement, à leur place, je pense que je serais en phase terminale de la route. C’est dire.

Pourtant j’aime bien conduire hein. C’est juste quand les autres se permettent tout et n’importe quoi que ça commence sérieusement à m’agacer.

 

Et donc comme tu le sais, la route est un territoire occupé (en grande majorité par des blaireaux véhiculés, si, si, regarde bien la prochaine fois, y’a beaucoup BEAUCOUP de blaireaux au volant),  où il faut faire preuve de courage et de témérité, et surtout d’égoïsme. La route, c’est la guerre. La route, c’est marche ou crève. La route, c’est « je suis tout seul, c’est à moi, vu que je suis dans un espace privé roulant qui me permet donc de faire tout ce que je veux et je t’e….. Thérèse ».

Attention hein ,je ne dis pas que je suis un modèle de conduite. De toute façon, je suis une Limace. Par définition, je conduis comme un pied ventral MAIS j’essaye de faire attention aux autres dans le but de faire attention à moi. On doit être 1% des utilisateurs de la route à faire comme ça, mais bon, soit.

Au quotidien, la route, c’est (et je te mens pas hein, c’est tous les jours que je vois ça…en 30 minutes seulement…regarde, ça fait rêver…) :

- des dépassements sur la ligne blanche (ah bah vi je suis con moi aussi !! je fais du 60 dans une zone 60 !! faut pas croire hein faire du 60 ça me fait aussi méga chier ! on n’a juste pas la même définition du respect du code de la route….et des autres….) ;

- des Stop qui se transforment en des Cédez le passage, comme par magie ;

- des, au choix, mégots, mouchoirs en papier, petits cartons, cannettes, journaux, sacs plastiques, jetés par les fenêtres et qui atterrissent avec les millions d’autres qui jonchent déjà le bas côté, quand c’est pas sur ton pare-brise ;

- des belges qui ne savent (toujours) pas conduire ;

- des dos d’âne pris sur les trottoirs, « c’est vrai, c’est pénible un dos d’âne, ça sert à quoi d’abord ? ah ?, faire ralentir ?…mouais…je m’en fous de ralentir mouarf mouarf » ;

- des collages aux fesses, alors que je suis loin de me traîner, je dois être pas mal de dos finalement ;

- des attentes interminables aux ronds-points quand ma boule de cristal est en panne (‘fin maintenant, je m’en fous, à la guerre comme à la guerre, c’est bon vas y klaxonne moi, je fais comme toi en définitive : je fais comme si tu n’existais pas, ça fait tout bizarre hein…) ;

- des voitures arrivant d’en face qui roulent sur ta portion de route. Ca doit pas être assez large de leur côté probablement… ;

- 2 conducteurs sur 3 au téléphone. Très facile à repérer, c’est en général le même blaireau qui te collait au derrière, qui t’a doublé comme un débile, qui s’est rabattu devant toi et qui maintenant se traîne et que tu vas donc aussi à ton tour doubler. Dans quelques minutes, une fois qu’il/elle aurait raccroché, vous allez revivre ensemble le même scénario. Youpi.

J’en oublie. Y’en a tellement. Je te parle pas des clignotants par exemple.

2 ans que je conduis quotidiennement et j’en ai déjà marre (t’inquiète hein, j’ai regardé pour d’autres alternatives, mais là où je vis, la voiture est une institution…).

2 ans que je démarre tous les matins ma machine à tuer et que j’en croise d’autres que je ne peux maîtriser.

Je vais finir par tomber malade….

Cun*gond*

Raaahhhhhh.

Je crois que Cun*gond* a résilié son abonnement à la counnerie en ce moment.

Du coup, on n’a plus rien de croustillant à se mettre sous la dent toi et moi.

Y’a bien le coup des pneus neige (ah, je sens qu’Unblog va me caser une pub sur « pneus neige »…), mais c’est tellement alambiqué que je vais te perdre en cours de route. Ceci dit, elle est excellente.

Cun*gond* dans MachinTiens, cadeau Unblog !

Tu me diras, y’a le coup des belganiens. Cun*gond* et les belganiens. Des belganiens qui demandent leur chemin et qui tombent sur Cun*gond*. C’est vraiment, mais alors vraiment pas de chance. Pour eux.

D’ailleurs il semblerait qu’à l’heure actuelle, ils tournent encore en voiture en essayant de décrypter les explications de Cun*gond* et  tentant de retourner chez eux (la frontière est à 3 km à tout casser). Même moi, en connaissant maintenant un peu les environs, je n’aurais rien calé à son plan.

Plus sérieusement, je pense qu’ils ont fait « ouioui » « ah d’accord » « oui on a bien compris, merci, au revoir madame », qu’ils ont redémarré (sur les chapeaux de roue, pour s’éloigner le plus rapidement possible de cette folle) et ont suivi tout bêtement les panneaux.

 dans MachinVoilà, tu es arrivé le belganien !! Bravo !!

Et qu’elle devait continuer à parler, parler, parler, parler, parler…

Si Cun*gond* devait ressembler à un moulin, ça serait celui là. Ou l’inverse.

Ah oui, je t’ai pas dit. Cun*gond*, c’est miss Blabla personnifiée. J’en avais une comme ça avant, et je pensais qu’on pouvait pas trouver plus chiant en blablatage.

Mais ça, c’était avant.

Natural Born Killer

Monsieur AlCapone possède 3 clochettes. Autour du cou.

Natural Born Killer dans Bidule imgp4761-copier-200x300

imgp4762-copier-200x300 dans Bidule

Au delà de l’aspect esthétique de ces clochettes, leur but premier est surtout d’avertir les animaux à plumes qu’un prédateur est en train de les guetter ou s’apprête à leur sauter dessus. Plutôt utile lorsque le dit prédateur vit à la campagne H24.

Cependant, Monsieur AlCapone a « appris » à ne pas faire tinter les TROIS clochettes. Il est fort hein. C’est mon chat.

imgp4774-copier-200x300

 

Du coup, il se passe ça, paix à ton âme petit oiseau :

imgp4759-copier-200x300

En revanche, dès qu’il a besoin de croquettes, qu’on lui ouvre une porte, qu’on s’occupe de lui, qu’on le regarde, etc etc, là, c’est marrant, il retrouve la fonction de ses clochettes, qu’il fait carillonner à tout va.

Sinon, dans le jardin y’avait pas autant d’oeufs que ça.

Et il parait même que c’est le printemps…

imgp4771-copier-200x300

imgp4769-copier-200x300 

 

Le blog d'Aurel |
aucafeducoin |
parmi les autres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Buzancy's Life
| Les Ardennes par samouraï 08
| Vers la Lumière...